Axelle Voyance +33 (0)4 82 53 71 59 (15€/10min + 4.50€/min supplémentaire)

voyants-voyance-nostradamus

Voyant Nostradamus :

La biographie d'un voyant et d'un astrologue

  Nostradamus, de son vrai nom, Michel de Nostredame est né le 14 décembre 1503 à Saint-Rémy de Provence et est mort le 2 juillet 1566. C’était  un médecin et apothicaire français. Il Pratiquait l'astrologie comme tous ses confrères de l'époque de la Renaissance.Il est surtout connu pour ses prédictions sur la marche future du monde. Ses parents sont Jaume de Nostredame et Reynière de Saint-Rémy.C'est son arrièregrand-père maternel, Jean de Saint-Rémy, ancien médecin et trésorier de Saint-Rémy, qui lui aurait transmis en 1506 les rudiments des mathématiques et des lettres selon ses propres témoignages. Cependant, il n’existe aucune trace notariée capable de confirmer ses dires. vieux personnage disparait en 1504. En ce qui concerne ses études, il partira très jeune à Avignon pour y obtenir son diplôme de bachelier des arts. On l’a remarqué pour sa mémoire presque divine et son caractère enjoué, presque moqueur. Ses camarades de classes l'auraient surnommé « le jeune astrologue », parce « qu'il leur signalait et leur expliquait les phénomènes célestes », qui étaient alors encore mystérieux pour la plupart d’entre eux. Il devra quitter l'université  un an seulement après car la peste arrive cers la fin de l’année 1520. Neuf ans plus tard, en 1529, malgré avoir exercé la profession d’apothicaire, il s'inscrit à la Faculté de Montpellier pour y obtenir son doctorat en médecine. C’est le début de la reconnaissance pour lui grâce aux remèdes qu'il a mis au point en tant qu'apothicaire, dont les fameuses « boules de senteur ». Mais il sera bientôt expulsé pour avoir exercé ce métier « manuel », formellement interdit par les statuts de la faculté. Toutefois, il s’établira à Agen vers 1533 par la biais de la médecine de soins à domicile. Il y rencontrera Jules César Scaliger, célèbre érudit de la Renaissance. Après la mort de sa première femme, Nostradamus se remit à voyager pour finir Bordeaux, vers l'an 1539. Nostradamus accomplit de 1540 à 1545 un tour de France qui l'amène à rencontrer de nombreuses personnes toutes aussi importantes les unes que les autres : personnalités, savants et médecins. Ici se termine le cycle de déplacements de Nostradamus qui l'a mené finalement, après sa thèse  au Nord-Est de la France. Nostradamus atteint la quarantaine en 1543. Il commence alors à nouveau  une seconde phase de voyages qui va le rapprocher de la Provence et le pousser vers l'Italie, berceau de la Renaissance. En 1544, Nostradamus aurait eu l'occasion d'étudier la peste à Marseille sous la direction, a-t-il dit, d'un « autre Hippocrate, le médecin Louis Serres ». Puis, il est «appelé par ceux d'Aix en corps de communauté pour venir dans leur ville traiter les malades de la contagion dont elle est affligée. C'était en l'année mil cinq cent quarante six» On le vit ensuite à Lyon en 1547 où il s'opposera au médecin lyonnais Philibert Sarrazin. Il finit par prendre place à Arles où il met au point un médicament à base de plantes, capable, selon lui, de prévenir la peste. En 1546, il l'expérimente à Aix lors d'une terrible épidémie : son remède semble efficace comme prophylactique. Le ­11 novembre 1547, il épouse en secondes noces Anne Ponsard, une jeune veuve deSalon-de-Provence, alors appelé Salon-de-Craux. Le couple occupe la maison qui abrite aujourd'hui le Musée Nostradamus. Il aura six enfants, dont trois filles et trois garçons ; l'aîné, César, deviendra consul de Salon, historien, biographe de son père, peintre et poète. De 1547 à 1549, il voyage en Italie. Une rencontre à Milan en 1549 le mène à publier en France en 1552 son Traité des confitures et fardements. En 1550 il rédigé son premier « almanach » populaire – une collection de prédictions ditesastrologiques pour l’année, incorporant un calendrier et d’autres informations en style énigmatique et polyglotte. Dès cette date, Michel de Nostredame signe ses quatrains du nom de Nostradamus. En 1555, installé à Salon-de-Provence, il publie des prédictions perpétuelles dans un ouvrage de plus grande envergure. Presque sans dates ciblées, il est publié par l’imprimeur lyonnais Macé Bonhomme. Ce sont les Prophéties, l'ouvrage qui fait l'essentiel de sa gloire auprès de la postérité.

Nostradamus : l'astrologue attitré de Catherine de Médicis

Sa renommée est telle qu'il devient l'un des astrologues attitrés de Catherine de Médicis, qui l'appelle à la cour et le fera nommer médecin et conseiller du roi Charles IX en 1564. Puis, il repart à Salon, où Charles IX, puis Henri de Navarre (le futur Henri IV) vont lui rendre visite. Il mourut le 2 juillet 1566 à Salon-de-Provence d'un œdème dit cardio-pulmonaire. Son corps repose en l'église Saint Laurent  à Salon-de-Provence.